Accès à l'eau potable à Garou

Seuls les villages administratifs sont couverts en eau potable. Dans ces zones, nous notons une forte pression des populations en saison sèche autour des ouvrages et du coup nous assistons à des pannes fréquentes. Au niveau des PM, c’est surtout le système d’exhaure qui cède, quant aux forages, c’est le système de pompage. Par ailleurs, l’environnement immédiat de la plupart de ces ouvrages est jonché d’herbes et de déchets d’animaux. Les comités de gestion installés pour veiller à l’hygiène, à l’assainissement de base et à la vente de l’eau ne font pas correctement leur travail. Au niveau de certains PM, chaque usager apporte sa puisette pour recueillir l’eau du puits laissant traîner les cordes par terre ; les mêmes cordes sont retournées de nouveau dans le puits. Ce qui peut entraîner la pollution de l’eau. Au niveau de la zone rouge composée essentiellement de hameaux et fermes, nous notons une absence de points d’eau potable. Les populations riveraines sont contraintes de s’alimenter à partir de l’eau du fleuve Niger qui est impropre à la consommation. Quant aux populations des localités annexes situées à l’est et au sud-est (voir carte) se réfèrent à l’eau des sources non protégées (eau de ruissellement) et de la rivière Sota. Cette situation de l’approvisionnement en eau permet de souligner que les populations de ces hameaux s’exposent beaucoup plus à des maladies hydriques.

Problématique vécue :

L’accès à l’eau potable est limité du fait du manque d’ouvrages et par leur mauvais usage lorsqu’ils existent.

Ecrivez-nous un message

Email:
Sujet:
Méssage:
Contrôle Anti-spam : Combien font 1+1 ?